Auteurs à l'origine du renouveau thomiste

LAICS

Jacques MaritainJacques Maritain (1882-1973)

Renseignements sur l'auteur
Jacques Maritain est né à Paris le 18 novembre 1882 et mort le 28 avril 1973. Philosophe d'abord disciple de Bergson, il se convertit au catholicisme en 1906 et grâce au dominicain Humbert Clérissac découvre la pensée de Saint Thomas d'Aquin dont il deviendra l'ardent promoteur, favorisant le renouveau du thomisme au début du XXe siècle. Après une phase anti-moderniste, où Maritain était proche de l'Action française, il s'en détache et finit par accepter la démocratie et la laïcité. Son ouvrage Humanisme intégral, publié en 1936, marque un tournant entamé certes précédemment, mais désormais très net à cet égard. Son oeuvre fut liée de près à l'éclosion de la démocratie chrétienne. Il déclencha contre lui la vive opposition de thomistes de renom comme Charles De Koninck, l'Abbé Julio Meinvielle, Louis Jugnet, qui lui reprochent son personnalisme et le mariage contre nature qu'il fait de la pensée moderne (notamment de Kant) avec le thomisme. On peut cependant recommander ses ouvrages qui datent d'avant 1936.

Ouvrage intéressant
Renseignements sur l'ouvrage
Ouvrage très pédagogique destiné à l'époque aux jeunes bacheliers. Il est hautement recommandé pour les débutants.

  • Eléments de philosophie, Tome II : L'ordre des concepts ; 1 - Petite logique ; 2 - Grande logique, Pierre Téqui éditeur.
Renseignements sur l'ouvrage
Ouvrage de logique, également très nécessaire pour les débutants. Nous conseillons de vieilles éditions (par ex. celle de 1923) qui comportent des exercices en plus par rapport à l'édition qui est actuellement disponible en neuf.

Charles de KoninckCharles de Koninck (1906-1965)

Renseignements sur l'auteur
Charles De Koninck est né le 29 juillet 1906 à Thourout en Belgique et mort le 13 février 1965 à Rome. Il étudie au collège d'Ostende. Il poursuivit sa formation en philosophie et en théologie avec les dominicains et à l'Université de Louvain. Il se marie en 1933 et vient au Canada l'année suivante pour enseigner à la Faculté de philosophie de l'Université Laval de Québec. De Koninck polémique avec Jacques Maritain dans les années 1930, en raison des positions « personnalistes » exprimées dans les oeuvres de ce dernier. Il enseigne la philosophie des sciences et la philosophie de la nature et est nommé à la tête de la faculté en 1939. Il en est le directeur du département de la faculté de philosophie jusqu'en 1956, puis de 1964 à 1965. Il a publié plus de 160 ouvrages de nature académique.

Ouvrage intéressant
Renseignements sur l'ouvrage
Ouvrage difficile qui ne doit pas être abordé directement par un débutant.

Etienne GilsonEtienne Gilson (1884-1978)

Renseignements sur l'auteur
Etienne Gilson, né le 13 juin 1884 à Paris et mort le 19 septembre 1978 à Auxerre (Yonne). Il fait ses études au petit séminaire de Notre-Dame-des-Champs, puis au lycée Henri-IV. Il entreprend des études de philosophie et suit à la Sorbonne les cours de Victor Delbos, de Durkheim et de Lévy-Bruhl - le disciple d'Auguste Comte - qui lui fait lire saint Thomas d'Aquin, et au Collège de France ceux de Bergson. Il ne fait pas l'apprentissage du thomisme par le biais ecclésiastique des dominicains ou des jésuites. Il découvre Saint Thomas d'Aquin pour ainsi dire par lui-même, en autodidacte. Il est à ce titre moins philosophe qu'historien de la philosophie. Spécialiste en histoire de la philosophie médiévale, ses ouvrages sont des apports majeurs dans l'analyse historique de la philosophie. Sur le terrain proprement dit de la philosophie, il défend le réalisme philosophique en s'appuyant sur l'oeuvre de Saint Thomas d'Aquin. Il analyse le thomisme de manière historique. Pour Gilson, le thomisme ne s'identifie pas à la scolastique, mais se construit plutôt contre elle. Agrégé de philosophie en 1907. Il enseigne l'histoire de la philosophie médiévale de 1921 à 1932 à la Sorbonne, avant d'occuper la chaire de philosophie médiévale au Collège de France. Parallèlement, il assure à la Ve section de l'École pratique des hautes études (EPHE) la direction d'étude d'histoire des doctrines et des dogmes. Il a enseigné à la Sorbonne, à Harvard, à Toronto, au Collège de France. En 1946, il est élu membre de l'Académie française.

Ouvrages intéressants
Renseignements sur les ouvrages
Il ne faut pas envisager les ouvrages d'Etienne Gilson comme des manuels de philosophie, mais bien plutôt comme un moyen de parfaire sa philosophie en lui donnant matière à exemples et surtout une bonne culture.

Marcel ClémentMarcel Clément (1921-2005)

Renseignements sur l'auteur
Marcel Clément est né en 1921 et mort le 8 avril 2005 à Paris. Etudiant au lycée Louis-le-Grand à Paris, puis à la Sorbonne et à la Faculté de droit de Paris, il est licencié en philosophie et en droit, diplômé d'études supérieures en sociologie et en économie politique, docteur ès-sciences sociales. Il a enseigné de 1948 à 1962 à l'Université Laval de Québec et à l'Université de Montréal, puis de 1962 à 1966 à l'Institut catholique de Paris. A partir de 1968, il est professeur de philosophie politique à la Faculté libre de philosophie comparée de Paris. Il fut professeur de philosophie, écrivain, universitaire, journaliste, éditeur du journal L'Homme nouveau. Il ne faut pas le confondre avec André Clément, son frère, fondateur de cette même Faculté Libre de Philosophie Comparée de Paris (actuel I.P.C.).

Ouvrage intéressant
  • Une histoire de l'intelligence,t.1, La Soif (grecque) de la Sagesse, Editions de l'escalade.
Renseignements sur l'ouvrage
Ouvrage comportant de nombreux extraits des philosophes de la Grèce antique et permettant de travailler de façon approfondie l'histoire de la philosophie, ainsi que la philosophie de la nature d'Aristote, car celui-ci y fait le tri parmi les idées développées par ses prédécesseurs.